Madame AS, qui a souhaité rester anonyme, est âgée de 50 ans. Elle possède un phototype 2 (cheveux blonds et peau claire qui peut bronzer). Elle est couverte de grains de beauté et reste ainsi vigilante en se protégeant du soleil. Voici son témoignage:

Bonjour,
 
Je souhaite témoigner de mon rapport au soleil.
J'ai 50 ans; J'ai des cheveux blonds foncés. J'ai une peau claire qui bronze vite et facilement. Je suis couverte de grains de beauté (c'est héréditaire, c'est également le cas de mes parents et de ma sœur). 
 
J'ai donc toujours été vigilante et me protégeant avec de la crème solaire et depuis 25 ans, je consulte chaque année un dermatologue. J'ai eu plusieurs ablations de grains de beauté "suspects", mais bénins.

Lors de ma consultation du mois d'avril 2021, j'ai insisté auprès de ma dermatologue pour qu'elle me fasse retirer un grain de beauté qui évoluait sur la cuisse. Il rougissait au moindre rayon de soleil, me démangeait et me faisait mal notamment la nuit. Je sentais comme une racine qui tirait vers l'intérieur et je ne supportais plus le moindre frottement de vêtement. La dermatologue ne le trouvait pas suspect mais j'ai tellement insisté qu'on me l'a retiré un mois plus tard.

Deux semaines plus tard, ma généraliste m'a fait venir pour m'annoncer qu'il s'agissait d'un mélanome à extension superficielle, avec une épaisseur de Breslow à 0,7 mm, niveau II de Clark et Mihm. J'ai reçu une claque bien que je me doutais de ce dont il s'agissait. La suite a été rapide avec deux rendez-vous à l'hôpital en dix jours : un premier en dermatologie et un deuxième pour l'exérèse élargie. 
 
Je suis ressortie avec 10 cm² de peau en moins sur 11 mm d'épaisseur, 11 points de suture, et un contrôle tous les 6 mois pendant au moins 3 ans (échographie ganglionnaire et contrôle dermatologique à l'hôpital). Les consignes du médecin de l'hôpital ont été claires : utiliser de la crème solaire indice 50 au minimum, rester toujours couverte et à l'ombre !

Je vis à la montagne, dans une région du région extrêmement ensoleillée, été comme hiver. Je pratique le ski, la randonnée et le vtt. J'ai donc dû adapter mes pratiques, ou du moins mes tenues vestimentaires pour mes activités. Comme il est compliqué d'être toujours couverte pour randonner ou faire du vttj'ai opté pour des vêtements anti-UV et depuis, je "revis".

Les manchettes, t-shirts ou sweat légers à manches longues Ker-Sun sont parfaits car ils permettent de profiter plus sereinement des activités en extérieur. Je n'en continue pas moins à m'appliquer de la crème solaire sur le visage et les zones qui pourraient ne pas être protégées. Cela m'aide à me sentir plus sereine. Petit à petit, je vais étoffer ma garde-robe de vêtements anti-UV car je sais que c'est investissement tout aussi inévitable que rentable.

Cet hiver, entre le casque et les lunettes de ski, j'ai skié avec un masque anti-covid mais c'était surtout pour me protéger du soleil.

J'avoue qu'il m'arrive de saturer par moments. Je regrette de ne plus pouvoir boire un café ou déjeuner en terrasse et d'être celle qui exige qu'on soit à l'intérieur ou à l'ombre. C'est également contraignant de penser à me couvrir pour aller faire du shopping mais là encore, c'est une habitude à prendre.

En-tout-cas, dans mon entourage, mon "aventure" en a fait réfléchir plus d'un et nombreux sont ceux qui se protègent mieux maintenant !
Madame AS
24 agosto 2022